— Food
Essayez autre chose !
On a testé le mois végétarien
On a testé le mois végétarien

L'écogeste le plus simple à adopter n'est pas d'investir dans une portée de lombrics pour faire un bac à compost dans son appart ou d'arrêter de se laver tous les jours. L'un des trucs les plus impactants pour notre planète, c'est de réduire drastiquement notre conso de viande et de poisson. Arrêter la viande au moins une fois par semaine serait même plus bénéfique que de manger local toute l'année. Et comme chez Boldie, on donne de notre personne, notre rédactrice Charlotte a décidé d'aller plus loin. Pour prouver que tout le monde peut y arriver, elle a dit bye bye aux burgers, sushis et autres bbq en devenant végé pendant un mois.

Bon, je me dois d’être honnête avec vous dès le début. C’est sans suspens et cérémonial que j’affirme que réduire voire stopper sa consommation de chaires animales, c’est très facile. C’est parfois frustrant oui, mais ça reste accessible à tous. L’évolution des pratiques alimentaires pousse les acteurs de ce secteur à proposer des alternatives, des nouvelles recettes, des compléments et surtout à nous éduquer sur ce sujet. Les rayons des magasins regorgent de produits végé, de nombreux lieux proposent des aliments frais, végétaux et de saison et nos réseaux sociaux pullulent de conseils food pour mieux cuisiner mais surtout manger varié. Adopter un régime végétarien est donc devenu abordable et non contraignant, contrairement aux remarques désobligeantes de l’irréductible team côte de beauf. Il est donc grand temps de dégommer quelques idées reçues.

"Oh mais tu dois avoir plein de carences ?"

Perso, je suis née carencée. J’ai appris que j’étais anémique en voulant donner mon sang (je suis tombée dans les pommes), j’ai fait une chute de tension en boite de nuit (là, j’ai failli tomber dans les pommes) et je lutte pour ne pas hiberner pendant MA fameuse semaine (là, j’aimerais juste devenir une pomme). Donc les carences, malheureusement je sais ce que c’est. Les plus courantes sont celles en fer, en magnésium, en zinc ou encore en calcium. Pour les éviter, il faut se supplémenter et surtout se nourrir des produits riches en nutriments. Et devinez quoi ? Beaucoup d’aliments d’origine végétale en sont bourrés. Parmi eux, les lentilles les épinards, les amandes et le chocolat noir  (that’s all i need, annule le steak).

Le mois végétarien n’a donc rien changé à ma situation nutritionnelle, il m’a juste poussé à trouver les bonnes alternatives et à consommer en plus grosse quantité des aliments bons pour ma santé. Tout bénéf’!

"Ta vie social doit être compliquée"

Je ne sais pas si c’était le retour du beau temps ou l’envie de sortir de ma zone de confort mais je n’ai jamais autant squatté les restos, les bars et les apéros entre ami.e.s que durant ce dernier mois. Je peux donc vous le confirmer, refuser une mini quiche aux lardons, du saumon ou encore du saucisson ne fera pas de vous un.e paria qui mange son houmous dans un coin. Il suffit juste de préciser vos préférences alimentaires et peut-être même de cuisinier pour éduquer vos proches sur le végétarisme et leur faire découvrir de nouvelles saveurs.

Coté sorties, les spots dédiés à la cuisine végétale ne cessent de proliférer et les restaurants plus conventionnels proposent de plus en plus d’alternatives végé. Alors, bien-sûr je ne suis pas passée à côté de l’iconique salade de chèvre chaud, de l’assiette de légumes ou du plat de pâtes destiné aux enfants, mais dans l’ensemble, on avance et ça fait du bien de le constater. Ma vie sociale se porte bien, mon banquier un peu moins.

"Mais tu manges quoi du coup ?"

Cette question, il faut cesser ! Pas besoin d’être un candidat de Top Chef pour savoir qu’il existe un choix pléthorique d’alternatives aux chaires animales. Ok, ces dernières sont d’excellentes sources de protéines (l’obsession des viandards), mais on en trouve également dans les œufs, les produits laitiers, les légumineuses, les oléagineux, les céréales complètes ou les produits à base de soja comme le tofu. Là aussi, il faut juste adapter ses portions pour bénéficier d’un apport quotidien suffisant. Dans la vie comme dans l’assiette, tout est une question d’équilibre.

"Oh mais tu dois être fatiguée ?"

Come on ! S’il suffisait de manger un tartare pour bien se réveiller, on mangerait tous comme Edward Cullen au petit-déjeuner... De nombreux aliments sont de véritables sources d’énergie qui n’attendent qu’à être puisées. En tête, on retrouve les agrumes, suivies par le riz, la banane, le chou, le miel ou encore la patate douce. Des pépites qui permettent aux végétariens de tenir le cap et même de se dépenser sans craindre l’épuisement. Mon expérience me l’a parfaitement démontré, je fais du sport au minimum 3 fois par semaine et le fait de ne pas manger de chaires animales n’a eu aucun impact négatif sur mes performances ou mon niveau d’énergie, bien au contraire. Le constat ? Sensation de légèreté, concentration optimale ainsi qu’un corps renforcé. Et si vous ne me croyez pas, n’hésitez pas à aller zieuter du côté des réseaux de la célèbre fit-girl Sissy Mua. Végétarienne, un business florissant, une productivité à toute épreuve et une shape à faire pâlir The Rock. What else ?

Charlotte Médot

Crédits photos : Pexels / Sunsetoned / Any Lane

Bon, je me dois d’être honnête avec vous dès le début. C’est sans suspens et cérémonial que j’affirme que réduire voire stopper sa consommation de chaires animales, c’est très facile. C’est parfois frustrant oui, mais ça reste accessible à tous. L’évolution des pratiques alimentaires pousse les acteurs de ce secteur à proposer des alternatives, des nouvelles recettes, des compléments et surtout à nous éduquer sur ce sujet. Les rayons des magasins regorgent de produits végé, de nombreux lieux proposent des aliments frais, végétaux et de saison et nos réseaux sociaux pullulent de conseils food pour mieux cuisiner mais surtout manger varié. Adopter un régime végétarien est donc devenu abordable et non contraignant, contrairement aux remarques désobligeantes de l’irréductible team côte de beauf. Il est donc grand temps de dégommer quelques idées reçues.

"Oh mais tu dois avoir plein de carences ?"

Perso, je suis née carencée. J’ai appris que j’étais anémique en voulant donner mon sang (je suis tombée dans les pommes), j’ai fait une chute de tension en boite de nuit (là, j’ai failli tomber dans les pommes) et je lutte pour ne pas hiberner pendant MA fameuse semaine (là, j’aimerais juste devenir une pomme). Donc les carences, malheureusement je sais ce que c’est. Les plus courantes sont celles en fer, en magnésium, en zinc ou encore en calcium. Pour les éviter, il faut se supplémenter et surtout se nourrir des produits riches en nutriments. Et devinez quoi ? Beaucoup d’aliments d’origine végétale en sont bourrés. Parmi eux, les lentilles les épinards, les amandes et le chocolat noir  (that’s all i need, annule le steak).

Le mois végétarien n’a donc rien changé à ma situation nutritionnelle, il m’a juste poussé à trouver les bonnes alternatives et à consommer en plus grosse quantité des aliments bons pour ma santé. Tout bénéf’!

"Ta vie social doit être compliquée"

Je ne sais pas si c’était le retour du beau temps ou l’envie de sortir de ma zone de confort mais je n’ai jamais autant squatté les restos, les bars et les apéros entre ami.e.s que durant ce dernier mois. Je peux donc vous le confirmer, refuser une mini quiche aux lardons, du saumon ou encore du saucisson ne fera pas de vous un.e paria qui mange son houmous dans un coin. Il suffit juste de préciser vos préférences alimentaires et peut-être même de cuisinier pour éduquer vos proches sur le végétarisme et leur faire découvrir de nouvelles saveurs.

Coté sorties, les spots dédiés à la cuisine végétale ne cessent de proliférer et les restaurants plus conventionnels proposent de plus en plus d’alternatives végé. Alors, bien-sûr je ne suis pas passée à côté de l’iconique salade de chèvre chaud, de l’assiette de légumes ou du plat de pâtes destiné aux enfants, mais dans l’ensemble, on avance et ça fait du bien de le constater. Ma vie sociale se porte bien, mon banquier un peu moins.

"Mais tu manges quoi du coup ?"

Cette question, il faut cesser ! Pas besoin d’être un candidat de Top Chef pour savoir qu’il existe un choix pléthorique d’alternatives aux chaires animales. Ok, ces dernières sont d’excellentes sources de protéines (l’obsession des viandards), mais on en trouve également dans les œufs, les produits laitiers, les légumineuses, les oléagineux, les céréales complètes ou les produits à base de soja comme le tofu. Là aussi, il faut juste adapter ses portions pour bénéficier d’un apport quotidien suffisant. Dans la vie comme dans l’assiette, tout est une question d’équilibre.

"Oh mais tu dois être fatiguée ?"

Come on ! S’il suffisait de manger un tartare pour bien se réveiller, on mangerait tous comme Edward Cullen au petit-déjeuner... De nombreux aliments sont de véritables sources d’énergie qui n’attendent qu’à être puisées. En tête, on retrouve les agrumes, suivies par le riz, la banane, le chou, le miel ou encore la patate douce. Des pépites qui permettent aux végétariens de tenir le cap et même de se dépenser sans craindre l’épuisement. Mon expérience me l’a parfaitement démontré, je fais du sport au minimum 3 fois par semaine et le fait de ne pas manger de chaires animales n’a eu aucun impact négatif sur mes performances ou mon niveau d’énergie, bien au contraire. Le constat ? Sensation de légèreté, concentration optimale ainsi qu’un corps renforcé. Et si vous ne me croyez pas, n’hésitez pas à aller zieuter du côté des réseaux de la célèbre fit-girl Sissy Mua. Végétarienne, un business florissant, une productivité à toute épreuve et une shape à faire pâlir The Rock. What else ?

Charlotte Médot

Crédits photos : Pexels / Sunsetoned / Any Lane
flèche up
Nos derniers articles
Food
Des cadeaux
toutes les semaines dans
votre boite mail
Vous rêvez de recevoir des produits comme vos influenceuses pref’ ? En vous inscrivant à notre newsletter, recevez dans votre boite mail une review 100% honnête sur un produit qu’on a testé et kiffé et le jeu-concours qui va avec, tous les dimanches à 21h pétantes. Prends ça, le blues du dimanche soir.

*Champs obligatoires

Votre adresse mail sera uniquement utilisée pour que vous receviez bien notre newsletter Boldie. Elle ne sera jamais ô grand jamais communiquée à l’extérieur et un lien de désabonnement sera présent dans toutes les newsletters. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, c’est par ici.