— Bien-être
Essayez autre chose !
On a tenté de devenir « that girl » pendant une journée
On a tenté de devenir « that girl » pendant une journée

« That girl » (« Cette fille » en français), c’est la personnification de Pinterest. Son quotidien est esthétique, formidablement bien éclairé, ses petits plats font saliver, ses sessions de sport font trembler Adriana Lima et sa maintenance beauté est digne des plus grands spa de luxe. Bref, cette fille à la routine parfaite est le nouveau modèle 2.0, celle qui privilégie son bien-être, apprécie les choses simples de la vie et évolue dans un cocon réconfortant où les contraintes ne semblent pas l’atteindre. C’est beau, ça fait rêver, mais une question subsiste : ce mode est de vie est-il possible sans filtres et sans montage ? Pour le savoir, Charlotte a essayé de devenir « that girl ».

« Il est 7 heures du matin, faut s'réveiller, haaaaaaaan j'ai sommeil »

On attaque fort avec un réveil plutôt matinal. J'aurais pu très bien le vivre mais le problème c’est que, par conscience professionnelle, j’ai regardé beaucoup (trop) de vidéos TikTok et autres Reels pour m’imprégner du sujet et devenir une « that girl » de qualité. Voici un petit aperçu de ma nuit ici. Du coup, ça pique mais durant mes recherches, j’ai constaté que le matin était le moment le plus important de la journée alors je m’exécute et sors (péniblement) de mon lit.

Au programme, stomach vacuum à jeun suivi d’un petit porridge au lait de noisette et chocolat (je vous vois déjà grimacer derrière votre écran mais je vous jure que c’est super bon). J’enfile ensuite ma plus belle tenue de sport, le haut et le bas doivent impérativement être coordonnés sinon ce n’est plus dans le thème, et je commence ma séance de yoga/méditation pour ouvrir mes chakras mais aussi me reconnecter à l’instant présent. Je déguste ensuite mon petit thé (détox of course) tout en regardant le soleil se lever doucement : « Ok Alexa play Good Morning, de Kanye West please ».

On passe ensuite à la routine beauté qui accueille aujourd’hui un petit revenant : le rouleau de jade. L’accessoire « so that girl » que j’avais osé délaisser au fond d’un tiroir (je sais, c’est mal). Enfin, dernière étape essentielle de la morning routine façon « that girl » : le journaling. Je dis adieu à mon gros carnet écorné et le remplace par un magnifique modèle fleuri aux pages immaculées. Après une courte crise du syndrome de la page blanche, je commence à noter mes pensées, les choses pour lesquelles je suis reconnaissante ce matin et enfin la fameuse liste de choses à faire. Répondre aux mails, faire les courses, arroser les plantes (et nier le fait qu’elles soient déjà jaunes), prendre rendez-vous chez la gynécologue, c’est noté. La deuxième partie de la journée peut commencer.

C’est une bonne situation ça « that girl » ?

À en croire les 30 secondes de vie partagées sur les réseaux, la girl ne croule pas sous les impératifs. Ça tombe bien, aujourd’hui je suis libre comme l’air. Je rejoins donc mon amie au café et là, c’est le drame, le serveur m’annonce qu’il n’a pas de lait végétal soit l’un des produits essentiels à l’alimentation de la meuf Pinterest. Je ne me laisse pas abattre et jette mon dévolu sur un petit jus pressé. Je file ensuite faire les magasins, LA fille aime profiter de la vie alors je ne vais pas bouder mon plaisir. J’arpente donc les petites boutiques indépendantes à la recherche de la nouvelle pièce qui m’aidera à surmonter le retour du froid ! #cosy #cocooning #fallvibes

Je décide ensuite de rentrer pour préparer mon déjeuner et là je n’ai qu’un mot à la bouche : le vert (oh oh oh). Pour CETTE fille, il est impossible de cuisiner un repas sans y ajouter du vert donc des petits pois, des haricots ou encore des épinards. Je m’exécute et tente de réaliser une assiette instagrammable à souhait. Bon, bien évidemment, c’est un échec … et j’entends déjà Philippe Etchebest me crier « mais tu n’as pas honte de servir ça ? ». Pour me rattraper, je décide de sortir ma botte secrète et de réaliser la potion magique des « that girl » : le jus vert (oui toujours ! Le fameux eat your greens n’est pas tombé dans l’oreille d’une sourde). Bon, j’ai le ventre qui gargouille mais qu’importe je me sens fraîche, productive et détoxifiée, j’ai presque envie d’aller sonner chez le voisin pour qu’il puisse capturer ce moment d’une rare intensité.

15 heures, ma mission est accomplie, j’ai barré toutes les lignes de ma to do list, alors je profite du reste de la journée pour lire, appeler mes proches et m’ennuyer un peu, je dois l’avouer... Quelques heures plus tard, telle un vraie « that girl », je vaporise mon lit avec une brume (à la lavande TMTC) et je tente de dormir tôt. J’insiste bien sur le verbe « tenter » car je fais partie de ces gens qui ont besoin d’imaginer le scénario de l’hypothétique retour d’Harry Potter au cinéma pour plonger dans les bras de Morphée. L’expérience est terminée, maintenant on peut discuter. AND THE TEA IS HOT.

On fait le bilan, calmement...

Bon comme pour toutes les tendances nées sur les réseaux sociaux, il est important de les nuancer. La « that girl » est, à première vue, inspirante et motivante. Elle donne envie de se lever tôt, d’apprécier la beauté du matin, de prendre du temps pour soi et de ne pas se laisser directement happer par le tourbillon de la vie. Mais, soyons objectifs, cette fille, dans la vraie vie, n’existe pas ! Il est impossible d’observer une routine et un mode de vie aussi étudié au quotidien, surtout quand on prend les transports, qu’on a un job à plein temps, une liste de choses à gérer aussi longue que notre bras ou encore des enfants à élever. Il ne faut donc pas culpabiliser à la vue de ces courts instants de vie que nous partagent les créatrices de contenus. Dans ces vidéos, elles ne montrent pas le moment où elles descendent la poubelle, où elles s’enfilent un pot de glace devant L’Amour est dans le pré, où leur enfant vient s’asseoir sur leur dos durant une séance de sport ou encore le moment où elles craquent face à une charge de travail trop conséquente. Bref, toutes ces choses qui nous rendent humaines. L’important est de faire de son mieux, à son rythme, sans culpabiliser et vous entendrez au loin EVE rapper « WHO’S THAT GIRL ? ».

NANANANANANANA

Charlotte Médot

Crédits photos : Pexels / Vlada Karpovich / Darina Belonogova

« Il est 7 heures du matin, faut s'réveiller, haaaaaaaan j'ai sommeil »

On attaque fort avec un réveil plutôt matinal. J'aurais pu très bien le vivre mais le problème c’est que, par conscience professionnelle, j’ai regardé beaucoup (trop) de vidéos TikTok et autres Reels pour m’imprégner du sujet et devenir une « that girl » de qualité. Voici un petit aperçu de ma nuit ici. Du coup, ça pique mais durant mes recherches, j’ai constaté que le matin était le moment le plus important de la journée alors je m’exécute et sors (péniblement) de mon lit.

Au programme, stomach vacuum à jeun suivi d’un petit porridge au lait de noisette et chocolat (je vous vois déjà grimacer derrière votre écran mais je vous jure que c’est super bon). J’enfile ensuite ma plus belle tenue de sport, le haut et le bas doivent impérativement être coordonnés sinon ce n’est plus dans le thème, et je commence ma séance de yoga/méditation pour ouvrir mes chakras mais aussi me reconnecter à l’instant présent. Je déguste ensuite mon petit thé (détox of course) tout en regardant le soleil se lever doucement : « Ok Alexa play Good Morning, de Kanye West please ».

On passe ensuite à la routine beauté qui accueille aujourd’hui un petit revenant : le rouleau de jade. L’accessoire « so that girl » que j’avais osé délaisser au fond d’un tiroir (je sais, c’est mal). Enfin, dernière étape essentielle de la morning routine façon « that girl » : le journaling. Je dis adieu à mon gros carnet écorné et le remplace par un magnifique modèle fleuri aux pages immaculées. Après une courte crise du syndrome de la page blanche, je commence à noter mes pensées, les choses pour lesquelles je suis reconnaissante ce matin et enfin la fameuse liste de choses à faire. Répondre aux mails, faire les courses, arroser les plantes (et nier le fait qu’elles soient déjà jaunes), prendre rendez-vous chez la gynécologue, c’est noté. La deuxième partie de la journée peut commencer.

C’est une bonne situation ça « that girl » ?

À en croire les 30 secondes de vie partagées sur les réseaux, la girl ne croule pas sous les impératifs. Ça tombe bien, aujourd’hui je suis libre comme l’air. Je rejoins donc mon amie au café et là, c’est le drame, le serveur m’annonce qu’il n’a pas de lait végétal soit l’un des produits essentiels à l’alimentation de la meuf Pinterest. Je ne me laisse pas abattre et jette mon dévolu sur un petit jus pressé. Je file ensuite faire les magasins, LA fille aime profiter de la vie alors je ne vais pas bouder mon plaisir. J’arpente donc les petites boutiques indépendantes à la recherche de la nouvelle pièce qui m’aidera à surmonter le retour du froid ! #cosy #cocooning #fallvibes

Je décide ensuite de rentrer pour préparer mon déjeuner et là je n’ai qu’un mot à la bouche : le vert (oh oh oh). Pour CETTE fille, il est impossible de cuisiner un repas sans y ajouter du vert donc des petits pois, des haricots ou encore des épinards. Je m’exécute et tente de réaliser une assiette instagrammable à souhait. Bon, bien évidemment, c’est un échec … et j’entends déjà Philippe Etchebest me crier « mais tu n’as pas honte de servir ça ? ». Pour me rattraper, je décide de sortir ma botte secrète et de réaliser la potion magique des « that girl » : le jus vert (oui toujours ! Le fameux eat your greens n’est pas tombé dans l’oreille d’une sourde). Bon, j’ai le ventre qui gargouille mais qu’importe je me sens fraîche, productive et détoxifiée, j’ai presque envie d’aller sonner chez le voisin pour qu’il puisse capturer ce moment d’une rare intensité.

15 heures, ma mission est accomplie, j’ai barré toutes les lignes de ma to do list, alors je profite du reste de la journée pour lire, appeler mes proches et m’ennuyer un peu, je dois l’avouer... Quelques heures plus tard, telle un vraie « that girl », je vaporise mon lit avec une brume (à la lavande TMTC) et je tente de dormir tôt. J’insiste bien sur le verbe « tenter » car je fais partie de ces gens qui ont besoin d’imaginer le scénario de l’hypothétique retour d’Harry Potter au cinéma pour plonger dans les bras de Morphée. L’expérience est terminée, maintenant on peut discuter. AND THE TEA IS HOT.

On fait le bilan, calmement...

Bon comme pour toutes les tendances nées sur les réseaux sociaux, il est important de les nuancer. La « that girl » est, à première vue, inspirante et motivante. Elle donne envie de se lever tôt, d’apprécier la beauté du matin, de prendre du temps pour soi et de ne pas se laisser directement happer par le tourbillon de la vie. Mais, soyons objectifs, cette fille, dans la vraie vie, n’existe pas ! Il est impossible d’observer une routine et un mode de vie aussi étudié au quotidien, surtout quand on prend les transports, qu’on a un job à plein temps, une liste de choses à gérer aussi longue que notre bras ou encore des enfants à élever. Il ne faut donc pas culpabiliser à la vue de ces courts instants de vie que nous partagent les créatrices de contenus. Dans ces vidéos, elles ne montrent pas le moment où elles descendent la poubelle, où elles s’enfilent un pot de glace devant L’Amour est dans le pré, où leur enfant vient s’asseoir sur leur dos durant une séance de sport ou encore le moment où elles craquent face à une charge de travail trop conséquente. Bref, toutes ces choses qui nous rendent humaines. L’important est de faire de son mieux, à son rythme, sans culpabiliser et vous entendrez au loin EVE rapper « WHO’S THAT GIRL ? ».

NANANANANANANA

Charlotte Médot

Crédits photos : Pexels / Vlada Karpovich / Darina Belonogova
flèche up
Des cadeaux
toutes les semaines dans
votre boite mail
Vous rêvez de recevoir des produits comme vos influenceuses pref’ ? En vous inscrivant à notre newsletter, recevez dans votre boite mail une review 100% honnête sur un produit qu’on a testé et kiffé et le jeu-concours qui va avec, tous les dimanches à 21h pétantes. Prends ça, le blues du dimanche soir.
Votre adresse mail sera uniquement utilisée pour que vous receviez bien notre newsletter Boldie. Elle ne sera jamais ô grand jamais communiquée à l’extérieur et un lien de désabonnement sera présent dans toutes les newsletters. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, c’est par ici.
Nos derniers articles
Bien-être